LA RENAISSANCE FRANÇAISE

Culture ─ Solidarité ─ Francophonie

Accueil > OU SOMMES-NOUS ? > Dans le monde > Luxembourg > La médaille d’or de La Renaissance Française remise à l’Ambassadeur Petrus W. (...)

La médaille d’or de La Renaissance Française remise à l’Ambassadeur Petrus W. Kok

lundi 31 juillet 2017, par Internet - Site

JPEG - 132.2 ko

A quelques jours de son départ vers l’Irlande et alors que le tout Luxembourg lui a fait de chaleureux adieux le 26 avril dernier lors de la Fête du Roi, l’Ambassadeur des Pays-Bas, S.E.M. Petrus W. Kok, est à l’honneur pour son action culturelle et sociale à même de « faire dialoguer les cultures et contribuer, dans un esprit de partage, au rapprochement des hommes et des peuples ». Bruno Théret, administrateur de la Renaissance Française et Président d’honneur de sa délégation luxembourgeoise, vient en effet de remettre à l’Ambassadeur la médaille d’or de la Renaissance Française, distinction la plus prestigieuse de cette association créée il y a plus d’un siècle par le Président de la République Française Raymond Poincaré et toujours placée sous le haut patronage du Chef de l’Etat mais aussi de plusieurs ministres (Intérieur, Culture, Education et Affaires étrangères) et présidée jusqu’à peu par Madame Simone Veil.

« Nous honorons un homme d’exception qui incarne pleinement les valeurs de la RF : Culture, Solidarité, Francophonie » dira Bruno Théret. Et d’évoquer au-delà de la mission du diplomate et du travail accompli du côté des affaires économiques et politiques au cours de ses 5 années de présence au Luxembourg, l’indéfectible engagement de l’ambassadeur pour la culture, l’action sociale et humanitaire et le développement durable.

Philosophie, Droit, Etudes européennes, Utrecht, Bologne, Bruxelles, c’est « un remarquable parcours qui laissait présager de la brillante carrière européenne de l’ambassadeur » qu’aura emprunté Peter Kok. Et il aura fait « avancer les idées des Pères de l’Europe » avec talent, avec sagesse tout comme il aura enrichi les relations entre son pays et le Luxembourg. Mais Peter Kok ne s’est pas arrêté aux devoirs de sa charge, il a avec toute l’empathie qu’on lui connaît su « tisser des liens entre communautés et personnes de différents horizons et de différentes cultures, soucieux des valeurs humanistes et des avancées sociétales ».

Bruno Théret mentionne « l’introduction sur le territoire des roses des bulbes des légendaires tulipes hollandaises, vendus au profit d’une œuvre de bienfaisance », du proverbial accueil que tous, ministres, amis, artistes, ont reçu à la résidence, et surtout de la place que l’Ambassadeur a toujours accordé à la culture et aux choses de l’esprit. Petrus Kok aura mouillé la chemise, appuyant ses services culturels, accueillant musiciens, comédiens et poètes. Il aura notamment participé année après année aux rencontres du Printemps des Poètes-Luxembourg dont l’Ambassade avec sa conseillère Claire van der Entbraat est partenaire de la première heure. « Peter transmet ces valeurs indicibles, immatérielles qui valorisent l’homme dans ce qu’il a de meilleur » souligne celui qui est aussi Président du PPL, insistant sur la part plus secrète d’un ambassadeur poète, chansonnier et amateur d’art dont l’écho des talents de photographe méritait de dépasser les murs de la Résidence.